La qualité : une démarche active et continue

Le coût de la non qualité est souvent sous estimé

Il est lié à l’impact de l’indisponibilité d’une fonctionnalité et aux risques d’insatisfactions de l’utilisateur. La non-qualité, difficilement quantifiable précisément, est trop souvent traité à posteriori. Les entreprises mettent en place des mesures correctives mais ne s’engagent pas assez dans une véritable démarche qualité potentiellement source d’économies à long terme. Les exigences de délais et de coûts visibles influencent trop souvent une vision de l’urgence (finir vite) et de la livraison à marche forcée. A vouloir éviter l’effet tunnel des gros projets, certains decideurs sous-estiment la nécessité d’un process qualité contraignant car exigent.

Le triptyque de l’assurance qualité

Pour mettre en place une démarche d’assurance qualité, il est nécessaire de mettre en place des mesures détectives (revue, inspection, tests), des mesures correctives (correction des défauts identifiés) et des mesures préventives (modèles, méthodes, techniques).

Tester plus mais aussi tester mieux

Pour cela 4 types d’actions sont nécessaires :

Structurer/industrialiser les phases de test et recette

  • Scénarios de tests structurels / techniques
  • Scénarios de tests fonctionnels / métier

Capitaliser

  • Enrichir un référentiel de cas de tests

Systématiser l’exécution de tests de non régression

Automatiser les tests de non régression

  • Gain de temps donc amélioration de la complétude
  • Reproduction facilitée

Les bénéfices de la mise en place d’outils de tests

  • Productivité : capitalisation des test (Non Régression) et réutilisabilité des tests
  • Efficacité : réduction globale des coûts du test, réduction des erreurs humaines, augmentation du périmètre de test
  • Traçabilité : accès rapide à l’information, prise de décision plus rapide
  • Attractivité : réduction des tâches répétitives

 

Le billet dématérialisé. Incontournable de l’expérience client.

Le billet dématérialisé est passé du statut de révolution à celui d’incontournable dans le secteur du spectacle et des loisirs.

On le sait, l’intégration des innovations par les consommateurs est toujours plus rapide. Ainsi, le billet dématérialisé qui s’était déjà imposé dans d’autres secteurs (comme le monde du voyage) est devenu un service indispensable dans le secteur du spectacle et des loisirs.

Le billet dématérialisé est généralement un droit d’entrée numérisé. C’est une preuve d’achat qui peut être présentée sous la forme d’un code sur différent support (téléphone mobile, enregistré sur une puce, imprimé sur un document).

 

Les solutions existantes

Il existe différentes solutions pour mettre en place un système de numérisation de ses billets :

Déléguer à des distributeurs. Cette solution permet de bénéficier de la visibilité que ces distributeurs peuvent proposer et d’avoir une solution complète pour un coût maîtrisé. Cependant les données clients restent la propriété du distributeur et il est parfois demandé des volumes importants pour accéder à ces réseaux et parfois même une exclusivité sur la commercialisation

Utiliser des solutions disponibles en marque blanche. Cette solution correspond plutôt à des petites structures car rapidement les limites de tels outils peuvent devenir très contraignants. Personnalisation limitée, récolte de data complexe, intégration limitée au système d’information et souvent pas de promotion incluse dans le package.

Développer sa propre solution. C’est le choix le plus prometteur en termes de possibilités mais aussi le plus coûteux en termes d’investissement. Cependant pour des acteurs avec des volumes importants comme Les Cinémas Pathé Gaumont, cette solution était la seule viable. Personnalisation maximale, récolte des datas en propre, synchronisation en temps réel sont des arguments forts

 

Les avantages de la dématérialisation

 

Une adaptation aux usages des consommateurs. En France, plus de 70% des parcours d’achat commencent sur un mobile. La logique est de permettre aux utilisateurs de terminer ce parcours d’achat sur le mobile.  L’étape suivante étant le téléchargement de l’application qui permet de stocker le e-billet et devient ainsi un point de contact privilégié avec le client.

Un cross selling facilité. Il est possible d’ajouter des options au produit de base dans un produit dématérialisé. Ainsi Les Cinémas Pathé Gaumont, permettent d’acheter en ligne de l’alimentation ou des boissons avec son billet de cinéma.

Une meilleure connaissance du parcours consommateur. Il est courant de qualifier les acheteurs mais aussi d’avoir des informations sur les comportements d’achats et de consommation. Toutes ces datas permettent de personnaliser toujours plus la relation avec le consommateur et sont essentielles pour comprendre les usages et développer de nouvelles offres ou services (comme la réservation groupée).

La vente complémentaire via des intermédiaires. Il devient possible de s’interfacer via des APIs avec des réseaux de distribution et de proposer ces billets dématérialisés sur leur plateforme.

La possibilité d’organiser le second marché. Cela permet un contrôle sur la revente des billets et l’organisation de son marché pour des événements sportifs (Rolland Garros, Football…) ou des concerts.

 

En conclusion

 

Si la dématérialisation répond aux attentes des consommateurs, c’est surtout un formidable outil de business ouvrant de nouvelles possibilités de services ou de distribution. Pour ce faire, il est préférable de privilégier un développement spécifique, adapté aux besoins de chaque structure, permettant de s’interfacer de la façon la plus fluide avec les écosystèmes internes et externes.